mercredi 26 décembre 2007

Mercerdis de l'Histoire Juive : Epidode V

Après la renaissance carolingienne, c'est le temps des croisades. Après la "lune de miel" avec ce sacré Charlemagne, sale temps pour les juifs, puisque les standards de l'antijudaïsme et de l'antisémitisme vont s'affirmer comme "indécrottablement" indexés aux consciences occidentales et orientales jusqu'aujourd'hui, parfois à la virgule près. Assez déroutant, on en conviendra.
C'était ce soir, toujours selon la même formule: projection, complément d'enquête et débat. Et il n'y aura pas de session de rattrapage. A moins que...
Quelques liens éventuels pour retrouver les éléments de la soirée :

World Shabbat et Hanouka : victoire de la musique

Quand la musique est bonne, et même très bonne, c'est qu'on y laisse un peu de soi-même. A Villiers, la musique a un âme, un coeur et un corps.
Son corps, c'est 6 garçons dans le vent qui répètent le jeudi soir avec un plaisir de gosse et un sérieux de patriarche. J'ai nommé : Marc (Président de la république de Villiers-le-Bel, baryton et premier pilier du groupe), Marco (batterie), Emilio (batterie, percu), Laurent (ténor), Richard (cordes), Frank (basse)...




Son coeur : un homme, qui en a un grand comme une symphonie inachevée, notre cher et dévoue ami Roland Halifa (clavier, guitare, darbouka, basse, harmonica, triangle, football, grand prix du meilleur imitateur d'Yves Montant). Pour l'histoire, l'orchestre de VLB, l'ambition initiale, le projet musical et la mise en oeuvre, c'est cet homme-orchestre discret et efficace que vous ne soupçonnez pas. Merci pour toutes ces heures passées au service de nous tous, des jeunes (Étoile de Villiers, mon coeur amoureux... souvenez-vous) et des moins jeunes.
Son âme : c'est une belle histoire d'amitié et de générosité et ça donne ce Kief en live que nous ressentons tous à l'écoute de notre orchestre philharmonique de Villiers, the great Kodech Orchestra. Les bons moments donnés par tous et pour tous, pour la plus grande joie de tous. C'est du bon projet commentaire, comme on aimerait en manger tous les matins au petit déjeuner.
Merci à Kodech pour cette sublime animation du Mélavé Malka et pour ces moments d'inventivité et d'originalité.
Dimanche de Hanouka, Roland, Marc, Richard, et Emilio remettaient le feu (ici, c'est un peu une tradition...). Le Stand Kodech Orchestra avait pour mission de faire chanter nos enfants. C'est tout un art -et pour Kodech une réussite- de faire vibrer avec les plus beau versets de la Torah et de tirer les larmes des parents attendris... "en chantant"!

mardi 11 décembre 2007

Kermesse Hanouka : Stand Mikvé

Animer un Stand "Mikvé" au beau milieu de la synagogue, sans la moindre piscine, ni le moindre rideau de douche... c'est tout le défi relevé par Léa et Elichéva Cohen-Solal, sous la houlette de notre Balanith en titre, madame Claude Hatuel.

Mikvé va en général avec "se faire belle" (si ce n'est pas bien clair, voire la Pub pour la formation); l'idée fut donc de proposer, en plus de toutes les infos accueil et formation, un maquillage pour les enfants.

Un mention toute spéciale pour Léa qui a réalisé une déco sublime et a porté à bout de bras l'organisation du Mélavé Malka nouvelle formule (orchestre + 8 à 10 jeux de société sur tables). Efficacité et talent ont fait cette réussite qui restera dans les mémoires.

"Que la force soit avec toi!"

Kermesse Hanouka : Stand Guémilout Hassadim


L'aide aux plus démunis, un des piliers du monde, avait son stand. Animé par madame Nathalie Duhamel, les enfants ont pu réaliser de superbes Tsédakot et autres objets de la vie juive.

Succès total, puisque l'intégralité du stock des Tsédakot est aujourd'hui employé à la Mitsva du même nom.

Merci à Nathalie Duhamel, également animatrice du grand débat du Chabbat AM qu'elle a préparé et balisé (texte à l'appui) avec une sagesse et un coeur dignes de l'enjeu. Ce succès et ses suites surtout, puisse Hachem les porter à votre crédit pour votre plus grand bonheur ainsi qu'à votre famille.

Pour la petite histoire, Nathalie et Philippe Duhamel étaient présents lors des réunions de travail avec Rebbecca et Wilona, leurs poupées, "Benjamines" du Week-End de H'anouka.

Kermesse Hanouka : Stand Beth Hamidrach Néhar Mitsrayim

80 questions sur Hanouka sur écran géant : c'était la grande acti du Beth Hamidrach. Animée par notre excellent amis Thomas Yossef Lindon, ce stand a permis à des dizaines de participants de tout savoir ou presque sur Hanouka en une poignée de minutes.



Outre l'animation du Stand, Thomas a été le principal animateur du Grand débat du Chabbat AM qui fut un authentique succès.



Les T-shirt "ça balance pas mal à Villiers" sont également son oeuvre. Je ne saurais comment le remercier d'avoir fait ajouter sur le mien l'acrostiche "GRF" (Gros Rabbin Franc-maçon, vraisemblablement)



Merci à Thomas d'avoir répondu présent dès le début du lancement du Week-End de Hanouka et d'avoir activement soutenu toutes les étapes de sa mise en oeuvre et de son déroulement. La communauté toute entière sais ce qu'elle te doit.



"Que la force soit avec toi, à jamais!..." (Obi Wan à Luke, in Épisode IV, au milieu)

Kermesse Hanouka : Stand Collel des Jeunes Rabbins

Le stand du Collel visait à mettre à disposition, sitôt Chabbat sorti, les ouvrages et articles relatifs au Chabbat et à la vie juive en général.
Merci à Frankodech d'avoir accepter d'être notre partenaire pour cette initiative.
Merci surtout à notre ami Cyril Marec qui a mené toute cette opération d'une main de maître, sans ménager son temps et son énergie.
Lors de ce Chabbat Mondial, beaucoup auront longtemps en mémoire son émouvant témoignage lors du grand débat du Chabbat AM qu'il coanimait avec Thomas Lindon, Philippe et Nathalie Duhamel, Alain Dardour. Merci pour les 70 participants (au moins) à ce grand débat.
"Une étoile communautaire beauvillesoise est née!..."

Pub - Cercle des Jeunes Mamans


Pub - Mercredis de l'Histoire Juive


Pub - Diner-débats


Pub - Talmud Torah Adultes


Pub - Talmud Torah


Pub - Mikvé


Chanson du Chabbat Mondial : le texte


La Chanson du Chabbat Mondial version VLB

video

mardi 6 novembre 2007

Célibataires : Invitation du Rabbin Haïm Tordjman de Nazareth


Yad Vashem à l'Elysée


ALLOCUTION DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Remise des insignes de chevalier de la Légion d’honneur
à M. Avner SHALEV
Président du comité directeur de Yad Vashem

Palais de l’Elysée – Jeudi 25 octobre 2007

Mesdames et Messieurs,
Chers amis,
Chère Simone Veil,
Cher Avner Shalev,

En vous accueillant aujourd’hui au Palais de l’Elysée pour vous remettre les insignes de chevalier de la Légion d’honneur, ce n’est pas seulement vous, Avner Shalev, que je reçois, c’est également le musée Yad Vashem de Jérusalem, tant il est vrai que la renommée et l’importance de ce musée sont pour une grande part le fruit de votre action déterminée, , inspirée, passionnée

Vous avez été pendant de longues années au service de l’armée de votre pays. Vous avez été blessé sur le front égyptien. En 1980, vous avez rejoint le ministère de l’Education et de la culture et ce sont toutes ces années au service constant de votre nation, qui vous ont progressivement donné la force, l’élan pour faire du Comité directeur de Yad Vashem ce lieu d’impulsion et de réflexion pour relever le défi de la transmission de la Shoah au 21ème siècle.

Il existe au moins trois histoires de la Shoah. L’histoire de la Shoah elle-même ; l’histoire de la manière dont on écrit l’histoire de la Shoah et dont on la transmet aux générations qui n’en ont été ni les témoins, ni même, les témoins des témoins ; et puis l’histoire des suites de la Shoah, ses conséquences sur l’Europe, sur Israël, sur le judaïsme et sur l’essence de la foi juive, ses conséquences sur l’humanité toute entière, sur le regard que l’homme porte sur lui-même, sur les leçons qu’il en tire.

Sur chacune de ces histoires, Yad Vashem, et vous-même à la tête de Yad Vashem, vous avez joué un rôle absolument considérable.

Yad Vashem est d’abord devenu le lieu de référence de l’histoire de la Shoah. Le mémorial des héros et des martyrs.

Tout cela ne s’est pas fait par hasard. C’est ici que la première histoire rejoint la seconde, vous êtes allés chercher ces témoignages un à un. Vous avez été dénicher les preuves, les documents, les objets, qui garantissent aujourd’hui au monde entier, que cette histoire est écrite, qu’elle est à jamais inscrite dans le long déroulé de l’histoire de l’humanité.

Dispersion, séparation, nuit, cendre, brouillard, silence, anonymat, oubli, tels sont les mots utilisés par ceux qui ont traversé ce drame absolu. Contre ces mots là, vous avez opposé la recherche méthodique des noms, l’identification des photographies, l’accumulation des témoignages, la restitution des histoires individuelles, le récit implacable des faits.

Avec le nouveau musée d’histoire de la Shoah, inauguré en mars 2005, vous avez voulu écrire l’histoire de la Shoah selon la perspective des victimes.

Ce nouveau musée d’histoire de la Shoah, dont la Salle des Noms fait à dessein partie intégrante, vous l’avez conçu ainsi pour que l’on comprenne les victimes. Votre conviction c’est que « la prise de conscience suscitée par le nouveau musée procure au visiteur une expérience plus chargée de sens et intensifie son engagement dans des valeurs plus morales.

Et puis, il y a l’après Shoah, ses conséquences sur l’avenir du monde, de l’humanité, et de l’âme humaine.

Oui, Avner Shalev, je l’ai dit lors de mon discours d’investiture du 14 janvier dernier devant ma famille politique au moment où je faisais le choix d’être candidat à la présidence de la République, j’ai dit « la visite deYad Washem m’a changé. » En entendant ces milliers de noms d’enfants prononcés à voix basse, « ce murmure des âmes innocentes », j’ai été profondément saisi par l’émotion. J’aurais voulu que se réalise la prophétie d’Ezéchiel : « Viens des quatre vents ! Souffle sur tous ces morts et qu’ils vivent ». Et j’ai pris conscience que la plus importante mission d’un homme d’Etat est de « faire barrage à la folie des hommes en refusant de se laisser emporter par elle »..

Monsieur le Président, Yad Vashem, c’est une vocation qui prend une dimension particulière.

Je sais que le mot hébreu Yad Vashem est issu du livre d’Isaïe, qu’il désigne « ce monument et ce nom » que Dieu promet de donner « dans sa maison et dans ses remparts » à ceux qui ont pratiqué sa justice, « un nom qui ne sera jamais effacé ».

Dans cette ville, Jérusalem, si chargée d’histoire, d’art et d’architecture, de religion, de drames, mais aussi d’espérance, si emblématique de l’histoire juive, vous avez relevé cet immense défi : vous avez donné un refuge aux âmes abandonnées, vous avez rendu la parole aux suppliciés de l’Holocauste, vous avez sorti les morts de la brume, vous avez éclairé la nuit vous avez rendu à des millions d’hommes, de femmes, d’enfants torturés ce qu’on avait voulu précisément leur retirer, leur humanité.

Les mots me manquent ce matin pour vous dire l’émotion et l’honneur qui sont les miens en tant que Président de la République Française, de vous remettre cette haute distinction.

Vendredi soir : 20mn pour convaincre


Après l'effort, le réconfort... de l'âme.

Pour ces Chabbatot d'hiver à l'entrée si précoce et aux températures si douces, quoi de plus réconfortant que ces quelques minutes d'étude sur un sujet brûlant : la Chemita.

Cette année de "Jachère" en Israël a de multiples implications y compris pour nous juifs de diaspora. Si l'on compte le côté abstrait, vu de France, de toutes ces pratiques, la nécessité d'étudier de près le traité de Michna qui correspond devient une évidence.

20min donc, et pas une de plus pour vous laisser convaincre, chaque vendredi soir après l'office (compter Chir Hachirim 20min après l'entrée de Chabbat à VLB).

Rentrée des Séfarim 5768 à Villiers-le-Bel



Comme chaque année courant H'echvan, les Sifrei Torah seront au coeur de notre joie lors de leur rentrée dimanche 11 novembre à partir de 17h.

Repas, animation musicale, tombola et ventes au profit de la synangogue... Sans oublier les Divrei Torah et les danses avec nos Séfarim, clou de la soirée.

Tenou Kavod LaTorah et venez passer ce bon moment avec nous !

samedi 3 novembre 2007

Avraham Fried vs Avraham Fried

Formation spéciale "Chabbat"


Après le cours inaugural consacré à la bibliothèque juive, le Talmud Talmud Torah des Adultes va aborder un des grand sujet de son programme : le Chabbat.

Tous les aspects théoriques, pratiques et symboliques composeront cette formation unique (5 à 6 cours) pour vous permettre de maîtriser la pratique du Chabbat et ainsi de le vivre pleinement.

Premier volet d'introduction ce dimanche 4 novembre de 11h à 12h, après le cours de Téfila de 10h. (Pas cours dimanche 11 novembre)

Cercle des Jeunes Mamans : le coup d'envoi

Pour la deuxième année, le Cercle des Jeunes Mamans reprend ses réunions mensuelles du Samedi soir.
L'invitée d'honneur sera madame la Rabbanit Berros qui traitera le thème :
"Hachgah'a Pratit : Hachem proche de nos vies"
Rendez-vous Motsaé Chabbat 17 novembre à partir de 20h30 à la synagogue "Yotseé Mitsrayim" (VLB).
Renseignement auprès de madame Julie Sutan (voir message publié juste ci-dessous)

Votre Mikvé : horaires d'hiver


Du 29 octobre 2007 au 25 mars 2008

Mikvé Femme :
Du dimanche au lundi : tous les soirs de 19h30 à 21h30
Samedi soirs et sorties de fêtes : 45mn après la sortie de Chabbat pendant 2h
Vendredi soir et soirées de fêtes : prendre rendez-vous avec madame Claude Hatuel de préférence 2 jours avant

Mikvé Homme :
Uniquement sur rendez-vous

Mikvé Vaisselle :
Dimanche : de 8h à 12h
Du lundi au vendredi : de 7h à 8h30 et de 14h30 au coucher du soleil
  • Les questions de Halakha ainsi que les demandes d'analyse sont à transmettre à madame Julie Sultan au 06.63.99.04.86

samedi 27 octobre 2007

Les Mercredi de l'Histoire Juive : deuxième édition


Deuxième séance des Mercredi de l’Histoire Juive dédiée à la période antique d’Ezra à Hérode.

Ce tournant de l’historiographie – puisque après la clotûre du canon biblique l’histoire ne s’écrit plus à travers nos livres – nous permettra d’aborder une question de fond :

D’Alexandre le Grand à Pompée, de la Grèce à la Rome antique : Comment
Israël s’installe dans cet occident en gestation ?

Ce Mercredi 31 octobre à 20h30

Les super-héros sont-ils juifs?



Personne ne pourra plus l'ignorer après avoir visité l'exposition que le Musée d'art et d'histoire du judaïsme, à Paris, consacre à la bande dessinée : Superman est juif. Ne pas le savoir ne change rien au plaisir pris à la lecture des aventures du super-héros. Mais en prendre connaissance permet de mieux saisir comment, et pourquoi, la minorité juive aux Etats-Unis a utilisé la bande dessinée pour, dans une première phase, raconter sa propre histoire, puis modifier, de manière aussi inattendue qu'imprévisible, la culture populaire de son pays d'accueil.
Conçue de manière chronologique, l'exposition permet de saisir facilement ce phénomène. Les premiers dessins datent du début du XXe siècle, quand industrialisation et immigration étaient à l'origine des grands mouvements de populations. De 1910 à 1921, les immigrés arrivés à Ellis Island, et parmi eux une forte population de juifs d'Europe centrale, racontent dans la presse leurs premiers pas en Amérique, leur vie quotidienne et le choc des cultures dans les quartiers new yorkais du Lower East Side, du Bronx ou de Brooklyn. La presse écrite, alors média de masse, publie des comic strips (bandes dessinées en quelques cases). Les quotidiens en yiddish Die Varhayt ou Der Forverts, dont les tirages sont énormes, publient les cartoons de Samuel Zagat ou de Zuni Maud.
En exposant aussi des dessins de Milt Gross, de Rube Goldberg et d'Harry Hershfield (Abie the Agent ou Homeless Hector), l'exposition montre que aux Etats-Unis, dans la période qui sépare la Grande Dépression de la guerre froide, l'industrie de la bande dessinée devient en grande partie juive, et dépasse de loin le simple cadre de la presse yiddish, pour toucher l'imaginaire populaire.
Les illustrateurs et scénaristes juifs privilégient l'industrie du "comic book", conscients que les portes d'accès de la publicité et de l'édition leur sont souvent fermées. Ce qui a implications esthétiques indéniables, théorisées par le dessinateur Will Eisner. Celui-ci voit dans l'apparition du super-héros, à partir du succès de Superman, en 1938, l'expression d'un particularisme juif. "Le golem, une créature d'argile façonnée par un rabbin pour protéger les juifs de Prague, selon une légende juive du XVIe siècle, est le précurseur de la mythologie du super-héros. Les juifs, persécutés depuis des siècles en Europe, avaient besoin d'un héros capable de les protéger des forces obscures. Siegel et Shuster, les créateurs de Superman, l'ont inventé."
De fait, presque tous les créateurs de super-héros sont juifs, originaires d'Europe centrale : Bob Kane (Batman) ; Will Eisner (Le Spirit) ; Jack Kirby (Les Quatre Fantastiques, Hulk, les X-Men) ; Joe Simon (Captain America) et Stan Lee (Spiderman).
ROMANS GRAPHIQUES
Logiquement, Superman croise le fer avec les nazis, suivi plus tard par Captain America et Les Quatre Fantastiques. Ce qui apparaît, dans un premier temps, comme un désir de voir les Etats-Unis s'investir dans le second conflit mondial et, plus tard, comme la réparation fantasmatique d'une catastrophe - la destruction des juifs d'Europe - qu'aucune armée alliée n'a pu éviter.
Quand "l'homme d'acier" détruit le mur de l'Atlantique et la ligne Siegfried bien avant le jour J, le ministre nazi de la propagande, Joseph Goebbels, s'écrie lors d'une réunion : "Superman est juif !" Ce qui était une insulte doit être pris aujourd'hui pour une évidence.
Le parcours de l'exposition fait aussi la part des évolutions de la BD et de ses "avatars mémoriels", selon l'expression de Laurence Sigal, directrice du Musée, qui donnent différentes visions du passé juif.
Bien après la célèbre couverture de la BD de 1944, La bête est morte ! d'Edmond-François Calvo - dont l'original est présent dans l'exposition -, on retrouve ces traces de la mémoire et notamment de la Shoah dans le graphic novel. Ce terme forgé par Will Eisner en 1978 pour désigner son livre Un pacte avec Dieu désigne une BD qui veut faire oeuvre littéraire. Le "roman graphique" est ainsi devenu un genre à part et reconnu dans la BD, attirant des auteurs en prise avec la littérature de la mémoire.
Outre Art Spiegelman et son Maus (oeuvre récompensée par un prix Pulitzer), outre encore Ben Katchor, Robert Crumb, Jules Feiffer, etc., on (re)découvre dans cette exposition de jeunes auteurs comme Bernice Eisenstein ou Miriam Katin, dont les autobiographies dessinées renvoient à des événements historiques rarement décrits par la BD (le procès d'Eichmann, par exemple).
Cette exposition intitulée "De Superman au Chat du rabbin" fait aussi des incursions dans la BD d'humour et les pastiches de Gotlib, dans les légendes et les contes traditionnels revus aujourd'hui par Joann Sfar ou dans les tribulations des anti-héros underground d'Aline Kominsky. L'exposition montre enfin la façon dont un auteur comme Hugo Pratt, passionné par la kabbale, utilise les signes hébraïques dans son oeuvre. Autant de facettes singulières du mariage entre BD contemporaine et judaïsme.
"De Superman au Chat du rabbin, bande dessinée et mémoires juives". Musée d'art et d'histoire du judaïsme, Hôtel de Saint-Aignan, 71, rue du Temple, Paris-3e. Tél. : 01-53-01-86-48. Mo Hôtel-de-Ville. Du lundi au vendredi de 11 heures à 18 heures, le dimanche de 10 heures à 18 heures. Jusqu'au 27 janvier 2008. 5,50 €. Sur Internet : www.mahj.org.

Samuel Blumenfeld et Yves-Marie Labé
Source : LeMonde.fr

Retour sur la fin médiatique de Dieudonné

dimanche 21 octobre 2007

"Ben Bag Bag" en live : souvenirs, souvenirs

L'hymne national d'Avot ou Banim de Villiers

Gym Tonic pour les femmes de la communauté

Inédit et nouveau, les femmes de la communauté disposent de leur cours de Step et Gym Tonic. A raison d'une heure par semaine, Annie Lussato - que nous remercions chaleureusement pour son énergie et sa disponibilité - va très professionnellement vous remettre en forme.
Un premier groupe est déjà constitué (encore 5 à 7 places disponibles). Gageons que cette initiative soit le début d'une offre culturelle de service communautaire élargie au possible...

Renseignements et inscription : Annie Lussato ou Julie Sultan 06.63.99.04.86

Premier cours ce mardi de 10 à 11h, puis tous les jeudi à partir de la semaine prochaine aux mêmes heures. En attendant, vous connaissez le refrain : "Chéh'i ya nou ! ki ma nou ! hi-gi-a-nou lazmanhazé !..."

samedi 20 octobre 2007

Les Mercredi de l'Histoire : compte rendu de la première séance

Bravo et merci à toutes celles et ceux qui se sont déplacés pour cette première, consacrée à la période biblique et aux aléas de l’historiographie sur cette période.
Comme cela nous a été demandé, nous publions les liens des éléments qui ont illustré l’exposé (Dossier n°1) qui a suivi la projection :

Prochaine séance : mercredi 31 octobre 2007

Lancement des "10 jours" : le mot du président Joël Mergui

10 jours du Consistoire : soirée spéciale "Nouveaux mariés"

Dans le cadre des 10 jours du Consisitoire, le Consistoire de Paris organise une soirée spéciale "Nouveaux Mariés" au cours de laquelle sera délivrée pour leur union la bénédiction de M. Joseph Haïm SITRUK, Grand Rabbin de France et M. David MESSAS, Grand Rabbin de Paris
Rdv ce dimanche 21 octobre 2007 à 18h00 à la synagogue BUFFAULT 28 rue Buffault - 75009 Paris

dimanche 14 octobre 2007

Connaissez-vous les "Yechiva Boys"?

Merci à Marc Mazouz pour ce petit moment de fraîcheur...

samedi 13 octobre 2007

Votre syna centre du monde...

video

Opération "Les 10 jours du Consistoire"

Pour connaitre le calendrier des évenements : http://www.consistoire.org/

Les Mercredi de l'Histoire Juive : première séance


Le nouveau cycle du Cours du Mercredi soir formule « tout public » (une semaine sur deux en alternance avec le cours itinérant) est enfin d’actualité. Ce mercredi 16 octobre à 20h30, nous entreprenons pour une série de 10 séances un cycle spécialement dédié à l’histoire juive. Séances en deux temps :

  1. Projection : « Histoire du Peuple Juif » Série documentaire de Nina Koshofer, Uwe Kersken et Sabine KlauserARTE/WDR, diffusé sur Arte en mars, avril et mai 2007

  2. Commentaires, approfondissements, questions et débats

Pour cette première séance, nous aborderons la période biblique de l’Exode au retour de Babylone et tenterons de traiter deux problématiques :

  1. Quand commence l’histoire juive ?

  2. Comment exploiter le récit biblique comme source (bien souvent la seule) historique ?

Pour vous préparer à ce rendez-vous et en attendant notre travail critique, vous pouvez parcourir les éléments du dossier d'Arte : http://www.arte.tv/fr/histoire-societe/Histoire-du-peuple-juif-/Videos---Programme/1481228.html

dimanche 7 octobre 2007

Le Rap du siècle


La rentrée des Post B. Mitsva



Ce matin 10h rendez-vous avec les ados.
Au programme :
  1. Comprendre la Téfila : la Amida sous toutes ses coutures
  2. Moussar (morale juive) : Juger les autres favorablement
  3. A partir de 11h, fusion avec le groupe des adultes.

Talmud Torah Adulte : c'est parti !


Ce dimanche à 10h, c'était le coup d'envoi du Talmud Torah des Adultes.
Première partie animmée par M. Albert Sultan : apprentissage et exercice de la lecture sur la base du Siddour.
Deuxième partie : cours innaugural dédidé à la Biblihiothèque Juive. Ont été abordés les notions de Torah Orale et Torah Ecrite ainsi que -documents à l'appui- les grandes périodes de l'histoire juive et de la transmission des savoirs.
Au terme de la deuxième séance, sera abordé le programme du Talmud Torah des Adultes conçu spécialement pour étuider les aspects les plus concrets de la vie juive.
Vous souhaitez nous rejoindre? C'est très simple : rendez-vous dimanche prochain à 10h.

Première vidéo de Simh'a Beth Hachoeva 5678

video

mardi 2 octobre 2007

Cours sur Pirké Avot Chapitre III Michna 1



Extrait du cours donné en mai 2007 au centre Hatikva de Vincennes aux côtés du Rav Sébastien Allali, maître des lieux.
http://video.google.com/videoplay?docid=-1927772020257300397


Veillée d'Hochaana Rabbah : l'affaire "David et Bteshabé"



Pour le commun des lecteurs : le récit emblématique d'un des plus célèbre abus de pouvoir. Pour le talmudiste : une quasi métaphore. Comment nos sages ont réhabilité David, alors qu'il se considérait lui-même coupable et punissable...


Ce soir de 23h45 à 2h30, et plus si affinité...